[ Thêmes abordés ]
Transfiguration !
 


A une époque où tout le monde (les jeunes comme les anciens) se dit « connecté » : connecté à internet, à son i-pod, à son portable ou à son iphone…
Il est une connexion encore bien méconnue, ou tragiquement oubliée, alors qu’elle est infiniment plus essentielle et vitale pour chacun…
Cette connexion est pourtant établie dans le coeur du croyant au jour de son baptême ; mais elle demande à être conscientisée, puis entretenue, puis à se déployer tout au long de la vie.
Malheureusement, pour beaucoup de croyants les autres connexions, évoquées il y a un instant, prennent souvent toute la place. Quand leur usage devient excessif les ‘psy’ parlent d’addiction, et la Bible n’hésite pas à parler d’idoles, l’idole qui nous coupe de Dieu !
Véritable aveuglement , terrible prison dont Jésus, à chaque page d’évangile, cherche à nous délivrer.
Vous l’avez deviné, cette connexion essentielle qu’Il nous révèle, c’est la prière, le dialogue intime, secret, sans cesse repris avec Dieu, qui est Père, qui est tout proche, qui nous aime et redonne sens à notre vie. Et dans l’évangile de ce jour, on voit comment cette connexion se vit, jusqu’où elle peut aller.

Pour prier, pour se connecter, profondément à son Père, Jésus va sur la montagne : pas de rencontre sans solitude et silence.
Et c’est dans le recueillement et l’abandon de tout son être à Dieu que « son visage apparut tout autre, ses vêtements devinrent d’une blancheur éclatante ».
Et la suite du récit, nous dit l’ineffable dialogue, l’ineffable union de Jésus avec son Père…
Aujourd’hui, retenons seulement cela : cette transfiguration, nous y sommes nous-mêmes appelés. St Paul dans la 2ème lecture le déclarait
clairement : »nous sommes déjà, dès ici-bas, citoyens des cieux ! et le Christ TRANSFIGURERA nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux ».
En attendant ces cieux nouveaux et cette terre nouvelle, nos célébrations eucharistiques, nos prières, courtes ou prolongées, au cours de la journée, sont autant d’approches, d’ouvertures vers cette transfiguration totale.
Des fois, et même le plus souvent, ces « connexions » se vivent dans le désert, c’est-à dire, qu’on ne sent rien, on ne voit rien. Notre foi est mise à l’épreuve ; et pourtant, tôt ou tard, les fruits savoureux arrivent… : cette connexion secrète, verticale, nous relie à la Source,à notre être profond, le citoyen des cieux, et du coup, notre quotidien si banal soit-il, retrouve son sens, sa valeur sacrée :

Divinement aimés, nous pouvons à notre tour,
AIMER notre prochain et notre Dieu,
être de vrais témoins de Jésus.

Rémi Maisonneuve


2ème dimanche de Carême (La Transfiguration)





  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP