[ Thêmes abordés ]
« Si on me paye pour voter, j’y vais !
 

Alors que se profilaient les élections départementales, des tracts étaient distribués sur le marché. Et j’entends ces mots de la part d’un retraité : « Si on me paye pour aller voter, j’y vais ! »... Voilà un homme qui a sans doute été témoin de nombreux soubresauts politiques au cours de sa vie et qui s’est sans doute réjoui du droit de vote accordé aux femmes en 1948 !...

Sans doute serait-il capable de dire les bienfaits de la démocratie pour une « vie ensemble » harmonieuse. Alors comment expliquer ce refus de voter ? Attentes déçues, rêves inaccessibles ? Ceux qui se présentent à nos suffrages ne seraient-ils que des ambitieux ou des corrompus ? Peut-être a-t-il été élu un jour ? Peut-être traîne-t-il le regret de ne l’avoir jamais été ? Et puis, que cache cette expression classique : « Si on me paye... » ? Le désir de posséder toujours plus ? Nous étions la veille d’un vendredi 13 où nombre de joueurs allaient se bousculer devant les présentoirs de jeux de hasard, rêvant de gagner le jackpot...

Nos élus ont une place essentielle pour progresser dans une « vie ensemble ». Les structures sociales contribuent à la fraternité et les élus départementaux prendront leur part dans la gestion des écoles, des routes, des équipements sportifs ou culturels...

Que cache le désintérêt d’une bonne moitié des citoyens pour le vote ? Je laisse le soin aux analystes de tout genre d’apporter leur éclairage sur ce phénomène de l’abstention. Mais il me revient l’histoire du petit colibri qui, face à un incendie de forêt gigantesque, faisait des allées et venues pour prendre dans son bec une goutte d’eau et la lâcher sur le brasier. « A quoi ça sert ? » lui disaient les autres animaux de la forêt qui avaient fui. Et le petit colibri de répondre : « Je fais ma part ! »...

Alors, je rêve du jour où, au lieu de fuir, chacun saura prendre sa part, aussi petite soit-elle, à la chose publique. Un bulletin de vote n’est peut-être qu’une goutte d’eau : je préfère cela à l’abstention.


P. Bruno DEROUX
Drôme-Hebdo du jeudi 19 mars 2015





  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP