Savons-nous ce que nous faisons ?
 

Une chose étrange ?
La célébration de l’Eucharistie : savons-nous bien ce que nous faisons ?

La célébration de l’Eucharistie apparaît comme une donnée étrange dans notre culture ;
elle nous vient de si loin dans l’histoire !
Nous savons ce qu’est un repas ;
mais ce repas du Seigneur est quand même tout à fait particulier ;
il ne rassasie pas notre corps, mais il nourrit notre âme.
Il est aussi un sacrifice, mais notre culture ne connaît plus de repas sacrificiel.
On y fait des lectures tirées de vieux livres et la symbolique nous vient d’autres horizons.
On a donc besoin de tout un arrière-fond de culture judéo-chrétienne pour comprendre la messe.
Pour couronner le tout, l’essentiel de la célébration n’est pas visible à nos yeux ;
on voit bien quelque chose, mais pas le principal. Loin de là !

Les pélerins d’Emmaüs, pour leur part,
avaient un bagage pour comprendre ce qui se passait, le soir de Pâques.
Pour reconnaître Jésus à la fraction du pain, ils disposaient de leur mémoire.
Ils avaient le souvenir vivant de ce qui concerne "Jésus de Nazareth"
ils l’avaient vécu en live. Mais pas nous.
Malgré toutes ces connaissances antérieures,
Jésus a dû "leur expliquer dans toutes les Ecritures ce qui le concernait".
Il leur communiqua l’essentiel de la foi, de même que l’espérance et la charité.
Pour ce faire, il fit longuement route avec eux, et les entretint sur le chemin.

+++++

Pourquoi l’Eucharistie est-elle là ?
Dieu a voulu être là pour nous, parmi nous et en nous.
Pour nous, car il nous a créés ;
Parmi nous, car en Jésus, il est venu et a marché parmi nous ;
En nous, car son Fils est devenu pour nous nourriture et boisson.
L’Eucharistie existe parce que Dieu nous aime,
et que l’amour veut se faire chaque jour plus proche de l’être aimé.

On peut rassembler toute une documentation sur l’Eucharistie,
étudier toute la liturgie de la messe,
préparer soigneusement la célébration et la mener avec goût et précision,
la véritable compréhension n’est pas là !
L’Eucharistie est un mystère d’amour
Le coeur y est nécessaire.
On ne comprend l’Eucharistie que lorsqu’on commence à l’aimer.
Bien des gens s’exclament :
"Cela ne me dit rien ; je n’y comprends rien, et cela ne me passionne pas".
Mais ce qui rend l’Eucharistie passionnante
est d’abord à chercher dans le coeur des croyants,
plus que dans la liturgie et sa mise en oeuvre.
ll y a des Eucharisties où il ne se passe rien de spécial ;
elles sont cependant très chargées, intenses et chaudes.
Cela tient à "l’architecture intérieure" de la communauté rassemblée,
à ce qu’elle ressent et à ce qu’elle fait avec coeur,
plus qu’à "l’architecture extérieure" de la mise en forme

+++++

A première vue, la célébration eucharistique semble être un agglomérat accidentel de choses très diverses :
On y chante, on écoute des lectures, on prie, on se met en procession, on échange un geste de paix, et l’on communie.
Tout cela sans ordre apparent.
Quel est le fil rouge ?
Où se trouve la ligne directive de cette succession d’éléments de toutes sortes ?
Ce qui frappe dans la Bible,
c’est que Dieu prend son temps pour s’approcher de nous.

Il ne se livre pas totalement dès le départ ;
il tisse une histoire avec nous, et fait montre de patience.
C’est comme un oiseau qui se tiendrait, en hiver, devant la fenêtre ;
il doit s’habituer à notre présence,
et nous ne pouvons nous en approcher que très patiemment.
Tout amour véritable, d’ailleurs, prend son temps ;
il n’arrive que lentement à son sommet.

Il en va de même de l’Eucharistie.
La célébration est un lent mouvement de croissance amoureuse de Dieu vers nous et de nous vers Dieu.
+++++

Le chemin de l’amour
La route de l’amour connaît quatre étapes :

- La première étape consiste à faire connaissance :
Qui donc se trouve là devant moi ?
C’est l’ouverture de la célébration.
L’homme s’avance avec hésitation devant Dieu ;
Il prend conscience de ce qu’il est, et de ce qu’est Dieu.
C’est l’acte pénitentiel.
Nous nous sentons reçus par lui ; nous pouvons alors nous approcher et chanter le Gloria qui relie ciel et terre :

- Suit la confrontation : c’est la Liturgie de la Parole.

Dieu prend la parole pour s’exprimer.
Lui seul peut dire qui il est.
Cette Parole n’est pas toujours facile à accueillir
Mais nous nous laissons instruire et nous lui répondons par le psaume et la profession de foi.

- Le troisième temps est celui du dialogue intime de coeur à coeur : c’est la prière eucharistique
Il ne s’agit plus ici d’annonce et d’enseignement.
On s’adresse à Dieu, dans la prière.

- La dernière étape constitue le sommet du chemin de l’amour : la communion.
Car nous touchons ici le Corps du seigneur lui-même.
"Quand nous communions,
ce n’est pas nous qui mangeons le Christ ; c’est lui qui nous mange".
Comprenez-vous ce que vous faites ?

Texte publié dans Pastoralia de janvier 2005.
Cardinal Godfried Danneels,
archevêque de Malines-Bruxelles






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP