Prier avec son corps : le signe de la croix.

« Au moment de sortir et dans nos déplacements, au début et à la fin de toutes nos activités, au moment de nous habiller et de nous chausser, au bain, à table, en allumant les lumières, quand nous nous couchons, quand nous nous asseyons, à chacune de nos activités, nous marquons le front avec le signe de la croix » écrivait Tertullien, au début du 3° siècle.


 

Réflexion sur les gestes liturgiques.

Prier avec son corps

Le signe de la Croix : Les artistes chrétiens ne représenteront la croix du Christ qu’après le 5° siècle. Mais le signe de la croix, lui-même est attesté depuis le 2° siècle. C’est un acte de Foi.

Les chrétiens d’Orient se signent au nom de la Trinité avec deux doigts (l’index et le majeur), pour signifier que Jésus Christ est vrai homme et vrai Dieu.
C’est au 9° siècle que le grand signe de Croix se généralise. Les Orientaux utilisent alors le pouce, l’index et le majeur, pendant que l’annulaire et l’auriculaire restent repliés.

Ce n’est qu’au 11° siècle que ce signe se répand en Occident. C’est le signe de la Passion, la marque du chrétien. Les prêtres et le moines se marquent du signe de la croix, au front, sur les lèvres et sur le cœur avant d’écouter l’Evangile, afin que cette Parole éclaire leur esprit, retentisse sur leurs lèvres et convertissent leur cœur.

Ce signe proclame notre foi au Christ et en la Trinité, au nom de laquelle nous avons été baptisés. C’est le « vêtement du Chrétien, une prière qui se passe de mots… Ce geste peut rythmer notre journée, dit Tertullien.

Faites ce signe avec « 3 L.) = long, lent, large. Ce n’est pas un « chasse mouche » ! Laissons nous envelopper par ce geste…

Texte proposé par le père Philippe PARENT .






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP