Mgr Michel, l’accueil des migrants

Mgr Michel, l’accueil des migrants, un geste de miséricorde concret

Aujourd’hui, l’ouverture prochaine à Allex d’un CAO, centre d’accueil et
d’orientation, pour accompagner une cinquantaine de migrants, de manière
transitoire, dans les mois à venir, suscite des craintes.
À l’initiative de l’État et confié au savoir-faire reconnu du Diaconat Protestant, ce centre proposera un accompagnement administratif réalisé par des professionnels afin de définir avec chaque personne son parcours migratoire.


 

L’Église catholique est favorable à un tel accueil qui correspond à un effort humanitaire pour ces personnes qui, comme nous, ont besoin de sécurité, de réconfort et d’avenir. Cet accueil demande la participation de tous, et il se déroulera dans de bonnes conditions s’il est bien expliqué et accompagné.

Il y a un an, le 6 septembre 2015, le Pape François déclarait :
« Que chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque Sanctuaire d’Europe, accueille une famille réfugiée, à commencer par celles de mon diocèse de Rome » .
Depuis, un véritable élan s’est développé pour l’accueil des migrants en France, tout particulièrement pour les réfugiés venant du Moyen-Orient (chrétiens ou non) mais il est important de ne pas oublier les migrants arrivés il y a plusieurs années.

Dans le diocèse de Valence, des collectifs, souvent œcuméniques, se sont créés en lien avec presque toutes les paroisses du diocèse, en réponse à l’appel du Pape.
À Valence, à Romans, à Nyons ou dans le Crestois notamment à Allex, plusieurs familles ont déjà été accueillies soit chez des particuliers soit dans des communautés religieuses.
À Montélimar également, l’association Noun a accueilli plusieurs familles grâce à la mobilisation de nombreux bénévoles. Et bien d’autres dans tout le diocèse. Partout où les portes se sont ouvertes, des liens forts se sont tissés entre des personnes accueillies et les familles qui les ont reçues ces derniers mois.

Voilà l’expérience et l’éclairage à la lumière de l’Évangile que, face à cette situation, nous, catholiques, nous désirons apporter. "Qu’as-tu fait de ton frère ?" Cette question posée au début de la Bible continue à retentir et nous n’oublions pas que l’accueil de l’étranger fait partie des œuvres de miséricorde.
Nous sommes prêts à collaborer avec le Diaconat Protestant pour cet accueil transitoire à Allex.
Tous, nous sommes invités à nous y associer, par le bénévolat et par la prière.

En tant qu’évêque de Valence et au nom de notre communauté, je tiens à saluer sincèrement toutes les personnes engagées dans cet accueil des migrants, En dialogue avec l’État, des élus, des associations, des particuliers accomplissent avec des travailleurs sociaux un difficile et beau travail de cohésion sociale, dans un esprit de paix, de fraternité et de partage. Tout en comprenant les craintes et les interrogations légitimes, j’encourage chacun à poursuivre un chemin de conversion intérieure pour aller toujours plus à la rencontre de son prochain. Osons, en confiance, aller à la rencontre de l’autre et lui ouvrir nos portes. C’est ce à quoi nous invite le Pape, ce à quoi nous invite la Doctrine sociale de l’Église et ce à quoi nous invite la fraternité inscrite dans la Constitution et dans le cœur des Français.
Seigneur, aucun homme n’est pour toi un étranger, et nul n’est si loin que tu ne puisses le secourir : n’oublie pas les réfugiés, les exilés, les enfants séparés de leur famille ; que prennent fin leurs souffrances, et donne-nous, pour accueillir ceux que le monde rejette, l’amour et le respect que tu leur portes.
Prière de la messe votive pour les réfugiés et les exilés

Mgr Pierre-Yves Michel
Évêque de Valence

Le 19/09/16






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP