Jouer sa vie avec le Seigneur !
 

Au catéchisme, on apprend aux enfants à connaître le Bon Dieu et à discerner ce qu’Il attend de nous, pour faire notre bonheur…
Alors, au cours d’un rassemblement, la catéchiste pose cette question aux enfants de son groupe : Qu’est-ce que tu désires faire dans la vie ? Je ne sais pas, répondent les deux garçons et les trois filles de C.M.1. Alors, dites-moi ce que vous auriez envie de faire, dit la catéchiste… Et là, de répondre tous ensembles : J’aime bien jouer… Alors la catéchiste de dire : Alors, voudriez-vous jouer avec le Seigneur ? Les enfants restent bouche bée ! Alors la catéchiste leur explique : Si chaque jour vous jouez vraiment avec le Seigneur, vous ferez la plus belle chose qui soit. Il y a tant d’hommes autour de nous, qui prennent tellement Dieu au sérieux, qu’ils finissent par le rendre ennuyeux pour ceux qui vivent avec eux. Que chacun de vous joue avec Dieu chaque jour de la vie : c’est un compagnon de jeu incomparable…

C’est écrit dans la Bible ! Il y a bien longtemps le prophète Zacharie (8,5) prophétisait : « Les garçons et les filles viendront de nouveau en grand nombre jouer dans les rues de la ville »… Et saint Matthieu (11,17) se désole quand les adultes ne veulent plus jouer : « Nous avons joué un air de danse sur la flûte et vous n’avez pas dansé »…

En fait, chacun de nous veut jouer sa vie. Les enfants du caté, qui font leur première des communions, veulent jouer leur vie avec le Bon Dieu… Les couples qui demandent le mariage à l’Eglise veulent jouer leur vie avec Dieu comme partenaire… Les jeunes et les adultes du crestois-diois, qui recevaient dimanche dernier le sacrement de Confirmation en la cathédrale de Die, s’engageaient à jouer leur vie avec le saint Esprit de Dieu… Le jour de Pentecôte, il y a 34 ans, jour de mon ordination, je voulais jouer ma vie avec Dieu… Qui n’a pas rêvé et ne rêve pas encore aujourd’hui de jouer sa vie ?
Mais voilà ! Avec les années, nous avons oublié notre rêve ! Nous en sommes arrivés à croire Dieu trop sérieux pour jouer avec nous et ce qui est malheureux c’est que nous essayons de le faire croire à d’autres : les plus jeunes et les recommençant …

« Frères, vivez sous la conduite de l’Esprit de Dieu » écrivait saint Paul aux Galates (2° lecture) ! Et saint Jean nous rapporte la parole de Jésus : « Quand il viendra, lui, l’Esprit de Vérité, il vous conduira »… Et le feu, qui se partage en langues sur chacun des apôtres symbolise cet amour et cette confiance, qui enflamme ceux qui se laissent toucher Ces différentes flammes sont un seul et même feu. Ainsi est l’Eglise où se trouve résolu le problème de l’unité et des personnes particulières… Alors les apôtres, acceptant de jouer leur vie avec le saint Esprit vont passer de la peur à la liberté des témoins de Jésus ressuscité. Ils vont passer de la tristesse, suite à l’échec de la Croix à la joie de savoir Jésus vivant et de la solitude du Cénacle à la communion de Pentecôte « avec les hommes issus de toutes les nation » (Ac 2,5)…

L’Esprit saint veut jouer avec chacun d’entre nous et voilà la transformation qu’il nous propose… Le saint Esprit veut se rendre présent au plus intime de nous-mêmes. Ce n’est pas toi qui va dans la maison de Dieu, c’est Lui qui vient demeurer en toi ! (Jn 14,7) = « Nous viendrons à lui et nous établirons chez lui notre Demeure »…


Dimanche 27 mai 2012 ;
Pentecôte : Gal 5,16-25 et JN. 15,26-27 ;16,12-15.
Homélie du Père Philippe Parent





  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP