Je n’ai pas de haine !
 

En entendant, en ce dimanche des rameaux, Jésus cloué en croix dire "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font", je pensais à cet homme, rescapé du Bataclan, disant, après l’arrestation de Salah Abdeslam : "je n’ai pas de haine !"

Alors que l’Europe s’affole face au flot des réfugiés et demande à la Turquie de faire le travail à sa place moyennant quelques compensations ; alors que certains politiques brandissent, encore une fois, le drapeau de la peur et de la xénophobie, il est bon de contempler ces deux visages. Certes, les traces de la mort se lisent sur ces visages, mais comme transfigurées. Transfigurées par l’espérance de comprendre le mal tapi au cœur de l’homme, pour cet homme, transfigurées par la confiance en un Père dont l’amour est plus fort que la mort, pour Jésus.

Ce temps de Pâques n’est-il pas propice à laissez résonner en nous les paroles de Jésus :"Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux !" (Mt 5,44). Ces paroles sont insupportables diront-les uns, impossibles diront les autres !
Ces paroles supposent que nous quittions, un moment, l’émotion perpétuelle où nous plongent certains médias. Elles supposent que nous ne réagissions pas seulement à fleur de peau, mais que nous prenions un peu de recul.
Regardons Jésus au jardin de Gethsémanie : prendre du recul pour lui, c’est prier, comme il y invite, à plusieurs reprises, ses amis ; prendre du recul c’est un combat où il sue des gouttes de sang, mais de ce combat il sort, apaisé, décentré de lui-même, prêt désormais à poser sur chacun de ceux qu’il va rencontrer un regard serein, un regard de paix.
Le suivrons-nous dans cette Pâques ?
P Michel BRAVAIS






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP